Inscrivez-vous gratuitement
  • Accès a une sélection d’articles
  • Recevoir les titres chaque semaine
  • Paramétrer une alerte e-mail
  • Télécharger un numéro
  • Flux RSS
Ouvrir un porte monnaie électronique
Lisez ponctuellement des articles
Abonnez-vous
  • Accès a une sélection d’articles
  • Recevoir les titres chaque semaine
  • Paramétrer une alerte e-mail
  • Sauvegarde d'articles
  • Flux RSS
La Lettre de L'Expansion
La Lettre de L'Expansion | Plus
WanSquare
La Lettre de L'Expansion | Abonnement
1 an / 47 numéros
1 225,20
un an d'abonnement à La Lettre de l'Expansion et WanSquare
Porte-Monnaie
50,00
Lisez ponctuellement des articles en activant un porte-monnaie électronique
24/01/2018 / Affaires publiques

Grand Paris Express : pourquoi Edouard Philippe temporise

Edouard Philippe a temporisé hier les décisions qu’il doit prendre au sujet du Grand Paris Express et qui aboutiront, au mieux, à repousser l’ouverture de certaines lignes par rapport au calendrier prévu. Explications : il veut faire partager par les élus franciliens le constat de l’impasse financière dressé par la Cour des compte afin d’aboutir à une décision commune. D’où l’annonce de la création d’une concertation lors de sa visite sur le chantier à Champigny-sur-Marne. Politiquement, la décision est difficile à prendre. Valérie Pécresse, en tant que présidente LR de la région Ile de France, défend le respect des engagements de l’Etat à construire la totalité des lignes, même si en tant que présidente d'Ile de France Mobilités (ex Stif), elle redoute le coût de fonctionnement du métro automatique du Grand Paris dont l’autorité organisatrice aura à assumer la charge, estimée à 1 milliard d’euros par an. Autre éccueil, Cédric Villani, député LREM de Saclay (Essonne), porte drapeau du développement du pole, estime qu’un décalage de la construction de la ligne 18 qui doit desservir le plateau serait “une trahison“ du gouvernement. Enfin, le report des lignes 16 ou 17 prévues pour la desserte de certains sites des Jeux Olympiques pourrait mettre Paris en difficulté par rapport au Comité olympique international.
Par ailleurs, concernant le remplacement de Philippe Yvin à la tête du directoire de la Société du Grand Paris, le premier ministre hésite sur le profil : soit un préfet, soit un technicien spécialiste des grands projets.

A la une

22/02/2018 / Affaires publiques
(9,50€)

Business France : le mandat du DG tombe

Après la PDG de France Médias Monde, Marie-Christine Saragosse, un nouveau dirigeant d’entreprise publique voit son mandat tomber à la suite [...] > Lire la suite

19/02/2018 / Affaires publiques
(9,50€)

[...] > Lire la suite

19/02/2018 / Affaires publiques
(9,50€)

[...] > Lire la suite

19/02/2018 / Affaires publiques
(9,50€)

[...] > Lire la suite

15/02/2018 / Affaires publiques
(9,50€)

[...] > Lire la suite

Le 1er octobre 2017
a rejoint
Pour toute information veuillez contacter notre équipe à l’adresse :
commercial@wansquare.com
X